Du griffonnage aux portraits talentueux

Antoine Delesalle, est un dessinateur de portraits qui offre à tous un autre regard sur l’art de dessiner. Spécialisé dans les portraits, il est capable de reproduire une photo avec ses crayons. Antoine est aussi passionné par les vieilles cartes postales, dont il est à la recherche permanente.

C’est à Saint-Maurice-Du-Désert un petit village de l’Orne, en Basse-Normandie, qu’Antoine a élu résidence.

Tout petit alors qu'il n’avait qu'une dizaine d’années, il commence à griffonner à tout-va. C’est sur des bouts de papier qu’il s’adonne à son passe-temps préféré. Déjà, on pouvait prédire un avenir artistique richissime.
Sa passion, mais aussi poussé par le milieu artistique dans lequel il évolue depuis sa naissance. Antoine Delesalle est le petit-fils de Jérôme César, un artiste-peintre qui peignait ses œuvres au couteau. Sa mère est aussi dans le milieu artistique, elle évolue dans le domaine du stylisme, de quoi donner envie au petit Antoine de l'époque de suivre des cours pour ressembler aux siens.

C'est une véritable réussite ! Vers l'âge de 14 ans, Antoine vit des moments rigides, dû à quelques problèmes de santé. Tout cela l’a obligé à rester cloîtré ! Son pot de crayons, sa feuille et beaucoup de bandes dessinées, remplacent alors les copains. Il se concentre et se concerte avec ces deux nouveaux amis. Tantôt l’un tantôt l’autre, Antoine ne s’ennuie pas, ces deux occupations sont devenus ses alliés contre l'ennui. Sa passion pour les bandes dessinées (1200 albums en sa possession) et ses œuvres artistiques qu’il partage sur les réseaux sociaux tel Stram, le prouvent aisément.
Une fois rétabli, l’artiste décide de se lancer dans les cours de dessin afin de progresser. Il s'inscrit alors aux beaux-arts de Beauvais et s’y rend, sourire aux lèvres, chaque mercredi après midi. Mais il n'accroche pas avec son professeur, ce qu’il croyait bénéfique pour son apprentissage s'avère un échec puisque ayant l’impression de ne rien apprendre, il préfère arrêter les cours. Mais qu’à cela ne tienne, il continue de dessiner, pour son propre plaisir. Du griffonnage de son enfance, il est maintenant à un stade bien plus avancé.

Antoine Delesalle arrive en Auvergne suite au déménagement de ses parents. Ici, il est scolarisé dans un petit collège, il est alors face à un grand tournant dans sa vie. Le pion de l'école était un artiste-peintre qui a vite repéré le talent d’Antoine et lui propose des cours de dessin. L’Artiste accepte et reçoit des cours particuliers prodigués par son pion artiste, dans l'enceinte du collège.
Le dessinateur talentueux que l’on connaît aujourd'hui, s’y plaît et profite de son maître pour apprendre. Il enregistre ses conseils, adopte ses bases et fait de cette rencontre richissime, le début de sa carrière artistique.
Si le dessin lui plait énormément, il est aussi attiré par la reproduction de portraits. Il détecte en lui une grande émotion lorsqu'il le dessine. C’est ainsi qu’il décide de se spécialiser dans le dessin de portraits.
Sa première influence, ce fut son grand-père, mais pas seulement. Antoine Delesalle apprécie énormément Norman Rockwell, Salvador Dali, Magritte, ainsi que des dessinateurs de BD tel Loisel, Van Hamme, François Schuiten et d’autres artistes qui ont fait partie de la renaissance. Il dédie aussi une grande pensée pour celui qui fut son maître dans l’art du dessin au stylo bille, Allan Barbeau.

À ce stade, Monsieur Delesalle réalise des portraits d'après des photos ou cartes postales pour lesquelles il a eu un coup de foudre.
Mais le dessin de portrait reste un loisir. En parallèle, il suit une formation de Staffeur et s'épanouit dans un métier qui demande aussi de la créativité. Il crée des décors au plâtre, intégrant des motifs aux plafonds, colonnes et corniches. Après six années de métier Antoine change de domaine et se forme dans le commerce. Depuis 20 ans, il exerce en tant que chef de rayon en poissonnerie. Deux mondes différents ! Cependant, il y trouve son compte, car cela lui permet de s'adonner à sa passion sans jamais se lasser.

En 2010, le dessinateur se positionne artistiquement en tant qu’auto-entrepreneur. Il met alors son savoir-faire en vente. Il réalise des dessins de portraits d'après les photographies que lui confient ses clients.

Les expositions font aussi partie de sa vie d'artiste, puisqu'il fait partie des 80 exposants à la “Foire aux croûtes” qui a lieu à Saint-Lô une fois par an. En outre, il expose aussi ses œuvres dans l’association “les arts à Dompierre” dont il est membre. Cet événement rassemble une trentaine d’artistes, tous les ans, durant deux semaines, débutants et confirmés. Son talent lui permet, un 2016, de devenir membre du dictionnaire des artistes cotés. Surchargé avec ses deux métiers, il trouve le temps de faire des expositions privés dont il est très fier. Grâce à ses principaux outils, soit : la mine de plomb, le stylo bille couleur et l’encre de chine, il y démontre l’art de transformer une photo en un dessin qui vit.

Depuis 35 ans, Antoine est en perpétuelle évolution, il profite des réseaux sociaux pour partager ses œuvres, mais aussi ses impressions, et surtout enrichir son savoir-faire déjà bien volumineux.

Pour Antoine, on n'est jamais au point, lorsque l’on aime, on fonce on pratique, et on est fier d'évoluer chaque jour ! L’apprentissage n’est jamais terminé !

 

Retrouvez toutes les créations d'Antoine Delesalle sur son propre site en cliquant ici.

(Chacune des œuvres présentées dans cet article est la création de Antoine Delesalle inscrit sur Stram sous le même pseudonyme)

MDC pour Stram

Du griffonnage aux portraits talentueux
Aucun commentaire pour l'instant
Fermer le panneau