Banksy : À Londres, une œuvre en soutien à l’urgence écologique lui est attribuée

La peinture murale près de Marble Arch, dans le centre de Londres.Tayfun Salci / ANADOLU AGENCY

L’oeuvre apparue le vendredi 26 avril, près de Marble Arch, dans le centre de Londres, où des manifestants contre le changement climatique ont campé pendant cinq jours, a été attribuée par des experts au célèbre artiste britannique Banksy. L’oeuvre montre une enfant accroupie près d’une petite plante verte et une pelle, qui tient à la main un sablier dans un cercle pour signifier que le temps presse pour sauver la planète. Il s’agit du symbole du mouvement « Extinction Rebellion », à l’origine de la mobilisation pour « un état d’urgence écologique » qui a bloqué certains lieux emblématiques de Londres pendant onze jours.

« A partir de maintenant, le désespoir prend fin et la tactique commence« , est-il écrit en grandes lettres blanches à côté de l’enfant portant un foulard. Cette peinture fait écho à la mobilisation de plusieurs milliers de manifestants qui ont pacifiquement perturbé la capitale britannique pendant onze jours en bloquant des ponts et des artères, en grimpant sur les toits des métros ou encore en se collant avec de la glue aux bâtiments.

Un porte-parole du conseil municipal a annoncé qu’une enquête était en cours afin de déterminer s’il s’agissait bien d’un authentique Banksy. Mais selon des experts, cités par The Guardian, cela ne fait aucun doute, l’oeuvre, apparue à proximité de Marble Arch dans la nuit de jeudi à vendredi est bien de lui.

Des experts cités dans le journal britannique Evening Standard assurent également que c’est bien Banksy qui a réalisé l’oeuvre. «Je pense avec certitude que c’est lui», a déclaré le commissaire-priseur Andrew Tetley. Contactée par l’AFP, l’équipe de Banksy n’a pas réagi.

L’identité de Banksy est un mystère depuis ses débuts dans les années 1990. On connaît sa nationalité (britannique), sa ville d’origine (Bristol), sa page Instagram aux 5,7 millions d’abonnés et son site internet où il met en ligne ses oeuvres, sans autre commentaire.

En octobre 2018, pour se jouer de la récupération de son art à des fins commerciales, il avait programmé l’autodestruction de sa toile Girl with ballon qui venait d’être adjugée pour plus d’un million d’euros aux enchères à Londres.

 

La Rédaction – Stram

Fermer le panneau